Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
J'aurais pu m'appeler Marcel
J'aurais pu m'appeler Marcel
J'allaite encore et alors ? Vos témoignages #2

J'allaite encore et alors ? Vos témoignages #2

Photos @littlepixel_
Photos @littlepixel_
Photos @littlepixel_

Photos @littlepixel_

Pour ce deuxième témoignage, c'est Jennyfer, maman de deux enfants qui nous raconte ses deux allaitements...

Bonjour Florence,

Déjà un peu plus d'un an que je découvre ton univers si doux et poétique. Ton premier #jallaiteencoreetalors a été pour moi une vraie prise de conscience et un vrai soutien pour la poursuite de l'allaitement avec mon fils...qui à démarré avec bien des difficultés.

Suite à ton Bel article sur ton Blog, je tenais à t'envoyer ce petit (long) mot pour te faire part de mon expérience, aussi bien avec ma Fille que mon Fils, si cela peut intéressé, soutenir et aider d'autres Mamans.
J'ai allaitée ma Fille, Lilou, qui a 4 ans 1/2 aujourd'hui, sans aucune difficulté, ni problème.
Avant même d'être Maman, je savais que je voudrais allaiter, donner le meilleur de moi-même à mes enfants.
Encouragé et soutenu par mes proches, je savais que même si ça ne serait pas facile, je ferais de mon mieux pour y arriver.
Et puis voilà, elle est arrivée, un peu par surprise, un peu en avance et surtout très vite, un petit bébé, mais en pleine forme.
Une première tétée d'accueil, puis les jours passe, tout se passe à Merveille et Naturellement...Le retour à la maison, la reprise du travail et le tire-lait toujours à porté pour pouvoir prendre le relais chez la Nounou...Une jolie aventure sans accroc qui à durer 10 jolis mois.
A peine 3 ans plus tard, c'est son Petit Frère, Liam, qui va bientôt arriver.
Je garde un tellement beau souvenir de l'allaitement avec Lilou, que pour moi, allaiter Liam était une évidence, je ne me pose même pas la question, tout s'est tellement bien dérouler avec sa soeur qu'il n'y a pas de raison que ça ne marche pas pour lui aussi.
Je travail moins, et j'espère pouvoir l'allaiter aussi longtemps, si ce n'est plus encore.
Nous sommes le 7 juillet 2016, et ma Petite Crevette arrive, un petit cordon autour du coup, mais plus de peur que de mal.
Une première tétée et les premiers jours à la maternité où je sens qu'il a un peu de difficulté à prendre le sein...Mais on s'en sort bien, la prise de poids est là, et le jour du départ arrive, on devrait bientôt rentrer à la maison, et se retrouver tout les quatre enfin.
Seulement voilà, le jour de sa sortie, la pédiatre détecte des difficultés respiratoires, personne, ni-même moi avions remarqué quoi que se soit...on sait pas vraiment pourquoi, ni d'où ça vient, peut être un "retard d'adaptation" comme on me dit, mais je n'en saurais pas vraiment plus.
Du coup pas de retour à la maison pour nous aujourd'hui, et pourtant j'avais déjà préparé nos valises.
Liam est accueilli de suite en service de pédiatrie afin de l'aider à surmonter cela et lui administrer un traitement.
Je passe mes journées auprès de lui, dans ce grand fauteuil pas vraiment confortable, mais il est sur moi, cela l'apaise et la machine sur laquelle il est branché sonne un peu moins.
Je peux continuer de l'allaiter la journée sans soucis, mais pour la nuit je peux seulement fournir le lait tiré en journée, afin que les infirmières puissent lui donner au biberon.
 
 
Les jours passent et j'ai de plus en plus de difficultés à lui donner le sein, j'appel régulièrement une infirmière pour qu'elle m'aide à bien le placer.
Mais au bout de 3 jours, le poids ne remonte plus et il ne parvient plus à téter correctement.
Je suis fatigué, je commence à stresser à chaque fois que je sais qu'il va vouloir téter, je sais que je vais une nouvelle fois devoir faire appel à quelqu'un pour m'aider...Parfois on tombe sur d'adorables auxiliaires, patiente et douce qui savent comment prendre mon Tout Petit, parfois elle sont moins persévérante et c'est très difficile.
Je ne compte plus le nombre de personnes venues me prendre le sein pour lui mettre dans la bouche, on m'a fais essayer toutes les positions et les méthodes possibles, on me dit que peut-être il aurait un petit frein sous la langue qui l'empêcherai de garder le sein correctement...mais non, rien n'y fait.
La fatigue et le stress se font de plus en plus ressentir. et je ne sais toujours pas quand je pourrais le remonter avec moi dans ma chambre, où même sortir.
Et puis un matin, on m'annonce qu'il va pouvoir me rejoindre, on attend juste le passage de la pédiatre. Dans l'attente, je tente une nouvelle fois de lui donner à manger, mais ça ne marche toujours pas et je dois appeler de l'aide...expliquer à chaque fois les soucis que je rencontre avec mon allaitement. Elles sont 4 autour de moi, et puis on me demande quand est né ce petit. Il a maintenant presque 10 jours...Et là on me répond, que c'est trop tard, si il n,'y arrive pas maintenant, il n'y arrivera jamais. On me le prend des bras et face à moi on lui donne le biberon, les larmes me montent, je le vis vraiment comme un échec.
La pédiatre passe et je m'empresse de remonter dans ma chambre avec mon Petit Trésor...et les biberons et seringue qu'on me fournit pour le nourrir.
Si tout vas bien nous pourrons sortir demain, c'est ce qui m'aide à garder le sourire. Je sais que je serais plus sereine une fois à la maison et espère que cela facilitera les choses.
L'heure d'une nouvelle tétée arrive, je mets les biberons de coté et enfin seule au calme dans ma chambre je retente ce moment d'intimité avec mon Fils.
Il ne parvient pas à prendre le sein, alors pour le calmer un peu, je lui donne du lait que j'ai tiré, avec une seringue.
C'est à ce moment, que l'auxiliaire qui s'est occupé de nous les 2 premiers jours, entre dans ma chambre.
Elle voit que je le nourrit à la seringue et ne comprend pas, lui qui parvenait à prendre le sein les premiers jours, malgré quelques petites difficultés.
Je lui explique nos petits malheurs depuis que nous sommes là, elle comprend alors et me soutien, et me donnes de précieux conseils : toujours laisser son petit doigts dans la bouche de Liam à coté de la seringue afin que cela ne coule pas tout seul et le force à téter pour faire descendre le lait. Et une fois sa faim apaiser, elle m'aide à le remettre au sein...La seule qui y arrive sans trop difficulté, et me dit de l'appeler pour chaque tétée.
Je reprend un peu espoir et me dit que tout n'est peut-être pas perdu.
Le lendemain, nous attendons le passage de la pédiatre, en espérant que cette fois-ci sera la bonne et que nous pourrons enfin être réunis tout les 4, bien que j'appréhende le retour à la maison, ma petite magicienne ne sera pas là pour m'aider à allaiter Liam. 
Une fois que je suis sure de notre sortie, j'appel ma sage femme pour lui faire part de nos petites aventures et elle me propose de passer à domicile dans la soirée.
Comme promis, elle passe nous voir, et ensemble nous regardons les difficultés de Liam à bien se nourrir. Elle me conseille un Osthéo et me prend un RDV pour le lendemain, en attendant, je continue de lui donner 2 pipettes pour calmer sa faim, le forcer à reprendre le réflexe de succion et je parviens tant bien que mal ensuite à le mettre au sein.
L'osthéopathe manipule mon Tout Petit et le déleste de tensions à la nuque,. Dès le retour à la maison, je suis impressionnée, il ouvre déjà beaucoup mieux la bouche et c'est un peu plus facile...Des progrès et une petite victoire pour nous !
Nous continuons ainsi pendant un bon mois, pipette, tétée isolé et au calme...petit à petit l'intervention de la pipette est de moins en moins nécessaire, j'entrevois le bout du tunnel et je suis heureuse d'avoir persévéré, et d'avoir finalement réussi à mettre en route l'allaitement avec mon Fils.
Pouvoir enfin l'allaiter quand il en ressent le besoin et l'envie. Je ne me lasse pas de ses grands yeux qui plongent dans les miens durant ces moments rien qu'à nous.
Aujourd'hui il a 18 mois et ce sont les regards et remarques que nous affrontons...
A la naissance tout le monde te félicite d'avoir choisi l'allaitement, mais passé 6 mois, puis 12 mois, tout le monde te demande jusqu'à quand tu comptes lui donner le sein, après tout il est grand maintenant, il est diversifié...
Oui, mais lui comme moi avons encore besoin de ce contact, nous nous sommes battu pour cela, et tant qu'il en éprouvera le besoin, je serais là pour lui...
J'allaite encore et alors ?!
Jennifer, 32 ans , Maman de Lilou & Liam.
@littlepixel_
 
Que j'ai aimé lire ton récit ! Mille mercis Jennifer pour ce partage, je suis persuadée que ton histoire va donner de la force et du courage à certaines mamans ! 
Je vous souhaite un doux week-end et je vous embrasse !
Flo.